Textes de référence

L'école chrétienne aujourd'hui

Nous pouvons peut-être résumer l’objectif de l’école chrétienne par la phrase suivante:          
"Elle participe d'une façon importante à la formation et à l'éducation des jeunes d'aujourd'hui, en se basant sur la foi chrétienne." 
Cela implique un certain nombre de concepts, qui seront développés plus loin dans ce texte.


 

» La foi comme fondement

L'école chrétienne est basée sur la foi vécue et la conviction religieuse de ses membres. Les jeunes doivent avoir la possibilité de se poser la question du sens de la vie dans notre monde d'aujourd'hui, qui est souvent difficile à comprendre. Dans la mesure du possible, ils doivent également pouvoir y trouver une réponse. Jésus en est le modèle dans sa façon d'agir et de rencontrer les hommes, Dieu et le monde.

Il n'existe pas de pédagogie spécifiquement chrétienne. Cependant, la pédagogie appliquée dans une école chrétienne est orientée et motivée par la foi ; elle prône un certain type de relations humaines et met en avant certaines valeurs dans l'orientation de l'enseignement et des activités scolaires. En outre, elle vise une formation et une éducation de tout l'homme aussi complètes que possible.

Au sein de cette école, les chrétiens et leur communauté constituent en quelque sorte le modèle qui permet aux élèves et aux autres membres de la communauté scolaire de percevoir la foi et les valeurs chrétiennes. Cet "apprentissage par l'exemple", aussi bien religieux qu'éthique, n'a jamais été aussi important qu'aujourd'hui. Ceci demande des efforts particuliers à tous ceux (et celles) qui travaillent dans une école chrétienne. Eux aussi sont individuellement - et en tant que communauté - en route tout comme leur élèves.

Une école chrétienne se trouve donc appelée à participer activement à l'évangélisation, au sens moderne du terme. Il s'agit de libérer aussi bien l'être humain que le monde, dans tous leurs aspects et dans tous les domaines de la vie. Une école chrétienne n'est pas pour autant un instrument qui doit recruter des adeptes de l'Église ou "élargir" ses rangs.

Ceci ne va pas sans valeurs ni orientations. Une école chrétienne a comme devoir aujourd'hui de s'engager pour la paix, la justice, la solidarité, pour le respect de la création et de toute forme de vie ainsi que pour la non-violence. De plus, elle doit mettre au premier plan la tolérance, la sincérité, l'émancipation, l'autonomie et, pour terminer, l'égalité et le partenariat.

École chrétienne veut dire école ouverte. Elle doit être ouverte à tous (toutes) les élèves avec leurs différences, ouverte à d'autres convictions et d'autres religions, ouvert au monde avec à d'autres convictions et d'autres religions, ouvert au monde, avec ses problème et ses joies, mais également et avant tout ouverte à tout dialogue.

Cette ouverture demande cependant une prise de position claire et sans équivoque. Ouverture, dialogue et témoignage (chrétien) ne s'excluent pas mutuellement. Un véritable dialogue n'est souvent possible que lorsque des positions claires (même si elles sont parfois dérangeantes) sont défendues et ne sont pas diluées dans une atmosphère d'indifférence.

L'école chrétienne ne se limite pas à transmettre ce qui est immédiatement utile à l'élève dans un but précis (i.e. le travail professionnel). Elle prodigue aussi un apprentissage gratuit, vraiment formateur et éducatif, libre de toute utilité pratique. Les contenus à transmettre doivent répondre à ces exigences et doivent être régulièrement vérifiés selon ces critères. Ainsi une école chrétienne instruit et éduque ses élèves dans toutes les branches et par toutes les activités qu'elle propose. 


» La conception chrétienne de l'être humain 
    "Qui sont nos élèves pour nous?"

La conception chrétienne offre une image globale de l'être humain. Celui-ci est plus que son corps, son intelligence et ses sentiments (considérés souvent comme gênants). L'être humain forme une unité de corps et d'esprit comportant de multiples dimensions : il est un être biologique, spirituel, rationnel, émotionnel, social, artistique, créatif, religieux...

Il est d'abord un individu doté de capacités et de libertés, mais aussi soumis à des limites. En même temps, l'être humain est un être relationnel - en relation avec Dieu, les hommes et la création. Pour s'épanouir vraiment comme être humain, il a besoin de toutes ces relations.

Il est un être ouvert à l'avenir ainsi qu'à la transcendance, et par là même un être ouvert à Dieu. Sa vie est une quête permanente vers l'avant et vers le haut, remplie de désir et d'espérance. Par conséquent, l'homme évolue sans cesse. Il n'est jamais fini, jamais accompli ; il n'atteint jamais le terme de son chemin. L'être humain est une être libre, plein d'énergie et en développement permanent. Il est capable de prendre ses responsabilités, mais il est également limité par ses défauts. Il est le "couronnement" de la création, et cependant il n'en est qu'une partie. Il est un être vivant et fait donc partie de la création, en est issu, y est lié et en dépend. Il a été créé comme homme et comme femme, comme être sexué. Il est le gardien du mon et le partenaire de Dieu.

Partant de cette conception intégrale de l'homme, l'école chrétienne doit prendre au sérieux, encourager et soutenir toute vocation et capacité que les élèves découvrent en eux-mêmes (en elles-mêmes). Chaque être humain a sa vocation personnelle. Il faut que d'abord il la découvre lui-même. Le devoir de l'école chrétienne est d'aider ses élèves à poursuivre le chemin de leur vocation, de les encourager, de les accompagner, de les soutenir surtout dans les moments de crise, afin qu'ils (elles) regagnent confiance en eux-mêmes (elles-mêmes) et en leurs propres forces et capacités.

Les élèves ne sont pas des objets que l'on pourrait manipuler ou que l'on devrait "former" de quelque façon. Ils (elles) sont - la plupart du temps - baptisé(e)s et confirmé(e)s, et par conséquent ils (elles) doivent être pris(es) au sérieux en tant que chrétien(ne)s et être responsables. Ils (elles) sont donc des sujets agissants, des êtres libres qui ont le droit d'avoir leurs positions et de parcourir le chemin qui leur est propre. Le devoir d'une école chrétienne consiste à les aider, à les orienter et à les guider. Pour cette raison, il est important de cultiver une culture de la communion, de la communication et de la participation. 


» Orientations d'une école chrétienne

Une école chrétienne qui se sent concernée par l'évangélisation choisit les orientations qui y sont liées.

Une école chrétienne est d'abord une école au service d'autrui. Elle est à la disposition de ses élèves et de leur développement humain. Sa tâche est de servir les élèves et la société dans l'esprit de Jésus, et selon son option pour les pauvres. L'école chrétienne se fait le défenseur du développement de la personnalité des élèves. Elle doit mettre en exergue les conflits de valeurs qui traversent notre société. Elle doit proposer des valeurs et des normes (éthiques), afin que les élèves apprennent à les connaître et à s'y confronter. Par ce biais l'école leur offre une orientation, en même temps qu'une aide, quand il s'agit de résoudre des conflits de valeurs.

Un deuxième élément important d'une école chrétienne est la communauté, qui se fonde sur la participation, la communication et la solidarité. Elle comprend ceux et celles qui sont en lien avec l'école, non seulement les élèves, mais aussi les enseignant(e)s, les parents, et tous les collaborateurs(-trices) de l'école. Tous et toutes y participent, tous et toutes se soutiennent mutuellement et sont ensemble sur leur chemin à travers le monde et la vie. Cette communauté n'arrive jamais à son terme. Elle est et restera toujours en chemin. Elle est ouverte au renouveau et au changement.

Une telle communauté est une condition essentielle pour faire l'expérience de Dieu et pour vivre la foi. En effet, tout ceci n'est possible qu'au travers de relations humaines. Notre culture "postmoderne" est marquée par un refoulement de la foi et de la religion vers l'intérieur ; la religion est devenue une "affaire privée". Voilà pourquoi les élèves et tous les membres de l'école chrétienne doivent pouvoir faire l'expérience vivante d'une communauté chrétienne (Cela peut même aboutir au développement d'une véritable communauté paroissiale dans ou à partir de l'école).

Dans cette communauté, chacun peut tenter de gérer sa vie et de lui donner un sens à partir de la foi. En même temps, il est important que cette communauté soit visible de l'extérieur et interpelle son entourage par des activités et des célébrations communautaires. C'est à partir de telles activités que la foi peut être témoignée, fêtée et transmise.

Une telle école est une école spirituelle. Elle doit être - selon le sens profond du terme - une communauté marquée du souffle de l'Esprit, souffle qui procure à chacun et chacune l'espace nécessaire pour se montrer "inspiré", inventif, créatif. C'est également ce souffle qui amène un enthousiasme nouveau et donne à chacun et chacune la force d'agir selon sa vocation et ses capacités. Sur ce point, il devient évident qu'une école chrétienne trop exclusivement intellectuelle rencontrera rapidement ses limites. L'Esprit souffle quand, où et comme il veut ; nul ne peut le programmer.

Cette spiritualité sera développée dans l'école chrétienne selon une double orientation:

  • Tout d'abord, une certaine spiritualité est une condition préalable à l'engagement envers la communauté et envers les autres.

  • D'autre part, il est nécessaire de proposer des activités spirituelles aux élèves et aux membres de l'école qui désirent découvrir leur vocation et leurs capacités, et/ou qui désirent continuer leur cheminement spirituel.


» Quelques suggestions pratiques

L'école chrétienne prend en compte chaque élève et sa situation personnelle. Elle doit se confronter à la situation des jeunes et plus particulièrement à la situation des jeunes filles au sein de la société luxembourgeoise actuelle, société qui se caractérise par des mots comme pluralisme et individualisme, efficacité et consommation, mobilité et communication de masse, déstructuration des jeunes, "Peer-Groups", loisir et médias, rôles respectifs de l'homme et de la femme, vie de couple, perspectives d'avenir et pessimisme, goût de l'aventure et des expériences nouvelles, auto-réalisation et privatisation, supermarché des idéologies, nouvelles religiosités... Cette situation doit pouvoir être lue et interprétée à partir de la foi et de l'évangile pour en dégager ensuite des conséquences au niveau de l'agir.

Dans une école chrétienne, tout le monde est sollicité de façon intensive et existentielle. Ceci concerne d'abord les relations avec les élèves. Ceux-ci (celles-ci) ne constituent pas seulement pour les enseignant(e)s un "matériel". Ils (elles) sont au contraire, selon l'anthropologie chrétienne, de véritables personnes humaines. Toute l'école se doit d'être engagée particulièrement ouverte et engagée pour les plus faibles de notre société. Ceci implique égards, amabilité, patience et indulgence envers les élèves les plus faibles, et surtout ouverture à la critique et disposition aux changements nécessaires. Le (la) professeur doit être tout particulièrement conscient de ses propres limites et de son imperfection. Il (elle) doit être constamment prêt à s'auto-critiquer et à évoluer.

En outre, tout l'école - corps enseignant compris - est en communion et engagée sur le même chemin. Tous les membres sont appelés à "porter l'école" en se basant sur l'Évangile. Enfin, toutes les branches peuvent et doivent mettre certains accents évangéliques. Dans une école chrétienne, enseigner est plus qu'une simple transmission de savoirs. Dans son comportement et ses relations aux élèves, l'enseignant(e) doit rendre crédibles les valeurs et les orientations fondamentales de l'école chrétienne.

Sur la base d'une orientation générale qui engage tous ses membres, une école chrétienne doit développer un climat de participation. Ceci concerne aussi bien la vie scolaire avec ses activités diverses, que des questions d'organisation et d'arrangement des locaux. L'école doit être ouverte à toute expérience vécue et plus particulièrement à toute expérience religieuse. Par conséquent, elle est pour toutes et tous un lieu de développement personnel et religieux. Par ailleurs, cela suppose que chacun(e) soit prêt(e) à se confronter à des thèmes chrétiens et à grandir par cette confrontation. En cela l'école chrétienne devient un lieu de rencontre.

Une école chrétienne accorde beaucoup d'importance à la liberté de conscience et à la liberté religieuse. Elle doit s'ouvrir vers l'extérieur et accueillir le monde, avec ses questions, ses problèmes, ses opinions etc. (par exemple grâce à des ateliers, des visites et des rencontres), sans pour autant sursaturer les élèves et sans mettre tout au même niveau. Pour autant que cela soit possible au Luxembourg, la dimension oecuménique ne devrait pas être perdue de vue.

En même temps, l'école chrétienne doit être active dans le monde et s'engager dans les domaines social, culturel et écologique (par exemple avec des actions en faveur du Tiers-Monde). En outre, elle peut et doit participer activement aux débats de société et y défendre son point de vue.

Une école chrétienne doit proposer à tous ses membres - que ce soit au sein de ses cours comme en dehors - des activités, des accompagnements, etc., qui rencontrent tous les niveaux de leur développement personnel et religieux. Ceci comprend entre autres des offres individuelles (accompagnement spirituel, espace de parole sur des problèmes personnels, appui scolaire), des offres s'adressant à des groupes (activités parascolaires comme le sport, les groupes d'intérêts et de discussions, week-ends, méditations) ou des célébrations communes (fêtes ou liturgies).

Le fait de célébrer ensemble (qu'il s'agisse d'une liturgie ou d'autres fêtes) est particulièrement important, car lors de pareils "temps forts", les différents niveaux de l'expérience humaine sont mis en relation. De plus, ce sont souvent ces temps forts qui structurent la vie scolaire et qui restent gravés dans les mémoires. Enfin, la joie de vivre fait partie de l'essence du Christianisme. Ces fêtes communautaires nous montrent combien la participation de tous dans l'organisation de la vie scolaire joue un rôle central dans une école chrétienne.

Pour mettre en oeuvre ces différentes activités, un service d'aumônerie scolaire est nécessaire. L'aumônerie propose des offres aux différentes classes et aux différents groupes d'âges. Elle se tient également à la disposition des personnes (élèves ou enseignant(e)s) pour un accompagnement individuel pastoral et spirituel. Entrent également dans le cadre de la pastorale scolaire la célébration de la foi et de la communauté, la liturgie, les prières, les offices religieux, le eucharisties, etc.

Tout comme l'aumônerie, les cours d'instruction religieuse font partie intégrante d'une école chrétienne. On peut y aborder toute une série de dimensions humaines qui ne peuvent être prises en considération dans les autres cours, notamment le besoin de transcendance et de religion.

Compte tenu de la situation particulière des filles dans le monde d'aujourd'hui, un "travail avec les filles" trouve sa place au sein de l'école chrétienne. À Luxembourg, le travail avec et pour les femmes étrangères est particulièrement important. Ceci exige des programmes d'aide, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'école, comme par exemple des possibilités d'accompagnement individuel, des offres de pédagogie "curative", des mesures compensatoires, des projets sociaux, etc.

Il importe aussi de relever le r1ole particulier que joue dans une école chrétienne la classe en tant que communauté. L'apprentissage social, la transmission de valeurs, la gestion des conflits, le cheminement vers la foi etc., tout cela se passe en partie dans le groupe-classe. Grâce à ses relations plus étroites avec la classe, le (la) régent(e) peut devenir une personne de confiance, non seulement pour des questions scolaires, mais également pour des problèmes plus personnels.

L'école chrétienne a pour but de préparer ses élèves de la meilleure façon possible à leur vie d'adultes. Voilà pourquoi leurs capacités, leurs connaissances et leurs talents doivent être suscités, soutenus et développés le plus loin possible. Ainsi, les élèves d'une école chrétienne sont intentionnellement confrontés à de multiples défis, afin qu'ils (elles) exercent toujours plus leurs capacités. C'est pourquoi une telle école insiste tant sur la qualité et le niveau de son enseignement.

Ceci exige de la part des enseignant(e)s un travail scientifique et pédagogique considérable (et aussi la disponibilité à se recycler régulièrement). Une certaine efficacité est nécessaire, tant de la part des enseignant(e)s que des élèves, mais sans jamais devenir une fin en soi. Mais quel que soit le niveau des performances et des exigences, la qualité des relations humaines doit être préservée. En outre, les différentes disciplines devraient davantage être reliées les unes aux autres (dans le but d'une formation et d'une éducation plus globale), comme par exemple pour des travaux interdisciplinaires dans le cadre de certains projets.

L'éthique, la critique des sciences et des idéologies doivent faire partie des principes de l'enseignement dans toutes les branches. Ceci peut être réalisé au moyen de textes (par exemple dans les cours de langues) ou par cette question qui se pose en permanence : "L'homme a-t-il le droit de faire tout ce dont il est capable?" (par exemple dans les cours de sciences naturelles).

Malgré sa bonne volonté et son engagement, l'école chrétienne ne devrait jamais oublier les limites de son action. Cette prise de conscience permet, malgré tous les efforts déployés, de garder la sérénité nécessaire pour faire face à l'inévitable imperfection du travail accompli.

Ecole Privée Fieldgen - All rights reserved - Webmaster